Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 23:54

Le mariage est une contrainte

 

Le mariage m’empoisonne l’existence aujourd’hui car il représente un état de dépendance.

Je ne suis plus heureux de vivre et d’avancer dans ce statut si particulier ! Il y a dans la vie un temps pour tout : l’enfance, l’école et l’université, le mariage, la vie de couple et de famille, puis la retraite (de tout).

 

Dans chacune de ces étapes, il y a des devoirs et des obligations à assumer, des principes à respecter, une mission à accomplir pour le bien de l’humanité et pour son propre bien.

 

    - Pour l’école et l’université, c’est d’apprendre et de réussir.

 

- Pour le mariage, la vie de couple et de famille, c’est de construire un foyer, d’y être fidèle, de trouver le bonheur et l’équilibre et de s’épanouir en groupe.

 

- Pour la retraite, c’est profiter du temps qu’il nous reste et de plus de disponibilité pour enfin se libérer des charges et responsabilités précédentes, mieux se consacrer à ses passions et centres d’intérêt, et jouir de sa liberté retrouvée.

 

Aucun mariage ne justifie en lui-même la durée à vie, une fois la mission parentale achevée.

Le couple est une contrainte en tous points. La preuve en est qu’il oblige, pour s’en défaire, à devoir payer, prendre un avocat, un notaire, se disputer parfois jusqu’à des biens propre et personnels péniblement acquis.

 

L’homme et la femme ne devraient pas être implicitement contraints par lois ou morale de partager à vie leur existence, leur projets, leur corps, aux dépends de leur équilibre personnel, de leur intégrité psychique, de leur santé physique, ou de l’évolution de leurs concepts.

Il faut accepter que certains de ceux qui se sont mariés un jour puissent vouloir se quitter parvenus au seuil d’un autre jour, une fois leur mission remplie en toute responsabilité.

 

L’amour peut continuer d’exister même en se quittant. Cela peut paraître comme un paradoxe, mais la nature humaine est ainsi faite. Les paradoxes font aussi partie de notre vie.

Vouloir continuer une vie commune n’a de sens que si les deux conjoints le souhaitent.

L’un ne peut forcer l’autre. Nul ne peut contraindre les deux contre le gré d’un seul.

 

Quelquefois, le chemin de l’amour partagé doit s’effacer devant celui encore plus grand de la liberté. Le mariage est et restera une contrainte.

 

Christian

1er avril 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by christian Bernadou - dans famille
commenter cet article

commentaires