Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 14:00

Voici le compte-rendu d'un congrès très enrichissant auquel j'ai assisté, à Bruxelles, sur les problèmes de société actuels tels : la parité homme-femme, la maternité et la paternité,  , la parentalité, la mixité scolaire et l'éducation,  les violences conjugales et le suicide masculin, l'homophobie et le sexisme.


CONGRÈS  DE  BRUXELLES
           (17/18 octobre 2008)   (Partie 1)

PAROLES D’HOMMES : ÉTAT DES LIEUX

 

Genève (2003) ; Montréal (2005) ; Bruxelles (2008) ; Paris, Lyon ….ou Cergy-Pontoise (2010 ?)

A l’institut National de Belgique IEFH (Institut de l’Egalité Femmes – Hommes)

PANEL DE PARTICIPATION : Ministère des affaires sociales et de l’égalité des chances Belge,  Sénateurs - maires, sociologues, chercheurs du CNRS France, philosophes, professeurs d’universités (Montréal et Québec),  Cabinets de conseillers conjugaux Belges, Néerlandais, Suisses et Canadiens, sociologues, sexologues-thérapeutes et psychologues, médecins, responsables d’associations familiales, écrivains, témoins, groupes de paroles Belges, artistes, Educateurs spécialisés, journalistes de presse et TV, mouvements féministes, membres de partis politiques.

Quelques familles Bruxelloises, étudiants, conseillers municipaux et conseillers de quartier, responsables d’associations sportives.

 

COMPTE -RENDU

 

Ouverture du congrès par :

 

Yvon DALLAIRE,  Québec, psychologue-sexologue, auteur et conférencier de réputation internationale (30 ans d’expérience) - Relations de couple : son ouvrage de référence – Où sont ces couples heureux ? (2006).

Organisateur du congrès de Bruxelles IEFH - 2008

 

Quelques faits et concepts à retenir :

 

Plus de garçons que de filles décrochent à l’école (+20%, en moyenne).

Noter l’absence du verbe « paterner » dans le dictionnaire, en correspondance à celui de materner (inscrit).

Rejet du terme de « masculinisme » au profit de celui plus adapté d’ « hominisme » (référence à féminisme).

 

On naît homme ou femme par nature mais on devient masculin ou féminin par éducation.

L’ « hominisme » n’est pas un mouvement dirigé contre les femmes mais veut faire reculer toutes les mesures discriminatoires envers les hommes et privilégiant les femmes :

 

- En matière d’égalité des chances

            - Dans une égalité sur le traitement des faits

            - Pour ce qui concerne l’égalité des droits

 

L’ « hominisme » et le féminisme se ressemblent de plus en plus : leur objectif commun étant de faire disparaître les discriminations liées au genre.

 

La conclusion tirée au dernier congrès de Genève (2003) était la suivante :

Hominisme + Féminisme = Humanisme.

 

 

 Intervenant : Jean GABARD  Auteur (Lyon)

Du mâle dominant au père contesté, n’y aurait-il pas d’autres voies ?

Au nom du sacro-saint principe de l’égalité que l’on voit s’affirmer de partout, dans une société qui se veut démocratique, le risque de dénégation de la différence des sexes existe. Sont alors oubliées les différences dans la structuration du psychisme des genres. Comment vérifier l’évolution de l’inconscient psycho - genèse  (ou genèse du psychisme) ?

Elisabeth Badinter reconnait dans l’un de ses ouvrages qu’il y aurait un privilège de naître du ventre du même sexe (donc un avantage pour la femme). Le petit garçon s’identifie dans un premier temps avec sa mère. Comment ce même petit garçon ne vit-il pas une « castration » très forte en découvrant qu’il n’est pas du même sexe que sa maman ?

La femme fantasmée n’existe pas dans la réalité, mais est pourtant bien présente.

Elisabeth Badinter dit encore dans son livre « XY  (vers la guérison de l’homme malade) » : il sera toujours un peu plus long de faire un homme qu’une femme !

La dénégation de la différence des sexes  a un impact sur l’éducation des enfants : les conséquences sont de plus en plus visibles, avec des enfants que l’on dit froids, sans pères, sans repères…

L’enfant va de plus en plus chercher à imiter sa mère (son modèle) devenir comme elle, pour lui plaire, par une sorte de chantage affectif. L’autorité du père va être bafouée ! Cela va aboutir à fabriquer des « enfants-hommes », tous puissants, très machos, sans loi …et nous reconstruisons ainsi le modèle sexiste qu’on avait voulu changer !

Ne sommes-nous pas en train de nous laisser entraîner dans un engrenage d’utopie totalitaire et de confusion des genres ? Sommes-nous obligés de plonger dans un égalitarisme utopique ?

Il faudrait surtout assumer les différences symboliques du rôle de père et du rôle de mère pour avoir des enfants plus heureux et mieux épanouis.

 

 

Intervenant : Iv PSALTY……………Docteur en Sciences, Sexologue-Clinicien, Bruxelles

L’amour, la tendresse et la sexualité chez l’homme actuel

Espoirs-Réalités-dérives

 

Sur un ton empreint d’humour et de réalisme, ce conseiller conjugal et sexologue Belge réputé aborde les questions que se pose l’homme hétérosexuel contemporain, et ce qu’il attend de sa compagne :

-           La confiance     -         Un soutien     -          Être désirable


S
es recommandations sont de trois ordres :

1)      - Epanouissement personnel  2)      - Harmonie      3)      - Hédonisme sexuel


Puis il en appelle aux pouvoirs publics en expliquant que la santé et l’équilibre sexuels de l’homme dépendent d’une bonne éducation sexuelle.

 

Intervenant : Serge FERRAND        auteur-réalisateur, Québec

Pourquoi la question du masculin ne passe - t’elle pas dans les média ?

Depuis les années 80, les médias propagent plutôt des images négatives de l’homme. Quels en sont les effets collatéraux ? Ne sommes-nous pas aujourd’hui témoins d’un sexisme à rebours ?

Exemple de message : « On a testé ce produit sur tous les animaux, même les hommes ! »

Le dénigrement des femmes a été de mise jusque dans les années 68, mais pourquoi y a-t-il eu ce renversement de vapeur ? De nombreux actes de violence au cinéma sont maintenant du fait des femmes.

Parmi les livres on trouve, par-exemple : «  Men hate themselves and Women agree with them » (les hommes haïssent les femmes et les femmes sont d’accord avec eux). Dans de nombreux ouvrages pour enfants, l’image du père apparaît dégradée ou dévaluée.

Depuis les années 70, on note un écart de 20% dans le décrochage scolaire entre garçons et filles à l’avantage des filles. Les garçons sont plus défavorisés dans le système actuel  d’éducation. En plus le personnel enseignant dans les écoles est en grande majorité féminin. La parité n’existe pas et le petit garçon a du mal à se repérer, à se construire en l’absence d’une représentation masculine.

 

Intervenant : Luc-André DEFRENNE   RHB (Réseau Hommes Belgique)

GROUPES DE PAROLES « HOMMES »

Qu’est-ce qu’un groupe de paroles « Hommes » ?

C’est un lieu d’échange où les hommes peuvent retrouver leur identité d’homme, explorer leur intériorité, leur « moi » profond, à la fois écoutés et à l’écoute des autres. Ils peuvent y exposer leurs problèmes personnels sans tabous ni crainte d’être jugés, et apprendre à se réorienter et à puiser la ressource suffisante pour faire face à leur quotidien.

Un groupe de parole est avant tout un lieu d’expression, d’écoute, regroupant de 5 à 10 hommes maximum (pour son efficacité), pour un temps donné et au sein duquel se produisent des interactions permettant d’explorer son intériorité et donc de mieux se comprendre soi-même. C’est un lieu d’expérimentation et de découverte. C’est dans tous les cas une expérience enrichissante.

Les hommes qui sont amenés à se regrouper ainsi le font lorsqu’ils sont placés dans des situations personnelles difficiles et éprouvantes, telles :

-          Perte de leur emploi

-          Décès d’un proche

-          Problème conjugal

-          Statut social dégradé

Ce sont tous des hommes qui se trouvent « en chemin » : les uns vont parler, les autres vont les écouter, tous vont échanger entre eux et se soutenir mutuellement.

Dans un tel groupe, il y a une règle de confidentialité absolue. Le groupe s’autogère. Il n’y a pas de chef (c’est la notion de co-responsabilité qui s’impose tant au niveau de la gestion que du partage de pouvoir).

Aller au-delà de soi, acquérir une autre vision d’eux-mêmes et trouver une harmonie de vie nouvelle, surtout dans leurs relations avec les autres. Ils vont ainsi pouvoir se construire de nouveaux repères avec des pairs. Aspects pères et aspects mères s’allient ici afin que tous puissent avancer dans leur évolution.

 

Intervenant : Ghislaine JULEMONT     COFACE ( COmmission FAmille de la Communauté Européenne)  - Membre de : Femmes prévoyantes socialistes

Les hommes et les responsabilités familiales

Une grande enquête a été réalisée par la COFACE sur les responsabilités paternelles afin d’engager une action de meilleure connaissance et de renforcement des rôles, en partenariat avec l’Institut de l’Egalité Femmes- Hommes de Belgique.

Cette action a été conduite avec le concours de 7 états membres de la CE (et avec 7 associations familiales de ces pays).

Cela a donné :

-          Des résultats significatifs et exploitables

-          Des recommandations aux gouvernements

-          Diverses conclusions à tirer de cette enquête

Une plaquette sur cette enquête a été éditée et peut être obtenue auprès de cette institution, sur demande.

 FIN DE PARTIE 1

Partager cet article

Repost 0
Published by Démocrate - dans famille
commenter cet article

commentaires