Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 21:39

TEXTE DE MEDITATION                                            (Journée de la Femme)

Le grand risque : émancipation des femmes et droits de la conjugalité : le  mariage impossible !

 

A l’approche de la journée internationale de la Femme, le devoir des parents et de la famille (moderne) est de dire aux jeunes que le mariage n’est pas indissoluble ; que cela a été érigé uniquement par l’église, bien tardivement dans le temps, bien après les origines de la création où hommes et femmes étaient totalement libres alors et n’avaient pas autant de règles ou normes, comme c'est le cas à notre époque. C’est pour çà que si peu osent s’engager aujourd’hui. Si ce discours de la possibilité de dissoudre le lien conjugal était reconnu par tous, il y aurait de nombreux mariages aujourd’hui dans la société (qui pourraient peut-être même durer), mais la crainte d’échouer empêche les contractants potentiels à se décider. Du fait de cet entêtement par les églises à ériger en dogme l’indissolubilité, le PACS va progressivement l’emporter sur le mariage dans l’avenir, ce qui serait quand-même dommage.

 

Je me suis marié religieusement en 1974 et pourtant, je n’ai jamais considéré mon mariage comme étant un lien indissoluble, mais un simple contrat ou lien temporel (et périssable à tout moment, comme tout ce qui appartient à la terre (la BIBLE même l’affirme, énonçant : aux cieux, ni maris, ni femmes!).

 

Je me suis marié à l’église il y a donc 35 ans, mais le PACS n’existait pas alors. Aujourd’hui, j’opterais pour cette forme plus souple et plus humaine de vie conjugale. Car, avec la longévité actuelle des hommes, on peut se lasser de vivre en couple avec le temps et plus encore lorsque l’on devient deux vieilles personnes qui s’observent ou ronchonnent après leurs défauts.. Il ne faut pas se leurrer, c’est ce que tous les couples vont devoir affronter dans le futur et les avocats ont un métier assuré  tout comme les juges des affaires familiales. La famille (le foyer) du futur ne sera plus mononucléaire mais bien cellulaire, individuelle, et surtout cela augure d’un nombre incalculable à venir (en occident du moins) de femmes seules au foyer. 

Ce ne sera là que le fruit récolté et mérité de la fameuse parité et égalité pour laquelle les femmes et les législateurs (code civil) se battent tant actuellement, croyant de cette façon assurer un avenir stable. Mais c’est bien le contraire qui se trame car les hommes, eux, ne  sont pas prêts à ce changement et une grande majorité d’entre eux conserveront alors leur esprit d’indépendance, en résistance à ces principes utopistes ! Par tous ces préceptes et lois de parité dans les ménages, on est en train, sans trop s’en rendre compte, d’atteindre les hommes au cœur et de briser, de tuer la famille pour longtemps.  En fait, les femmes devront assumer toutes les conséquences d’un avenir malheureux qu’elles se seront-elles-mêmes construit, de par leurs nouvelles exigences et intransigeances.

 

Aujourd’hui, Le divorce par consentement mutuel devrait même être gratuit pour tous, et l’on ne devrait plus avoir à passer devant la justice (comme de vulgaires délinquants, pour un simple fait banal de son existence). Cela rendrait le divorce plus accessible pour les plus humbles, contraints de se supporter en état de haine permanente, ce qui explique le bon en force des violences conjugales au sein des foyers. Aujourd’hui, je le dis, parité et égalité obligent, hommes et femmes ne sont plus fait pour s’entendre, pour vivre ensemble ou se comprendre, mais nous entrons dans la grande  Ere matrimoniale de la rivalité ! Est-ce que c’est ce que nous voulons vraiment, mesdames et messieurs les gens de lois ?! Alors, j'avertis les futurs candidats au mariage : attention ; soyons très méfiants avec la parité et redonnons au père son vrai rôle de chef de famille unique, qu’il tient de Dieu et de l’ordre de la création.

DEMOCRATE

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Démocrate - dans famille
commenter cet article

commentaires