Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 18:42

Comment faire le deuil anticipé d’une relation en couple sans causer de souffrance à autrui ?

OBJECTIF : faire le deuil anticipé de la relation de son couple avant même d’avoir rompu, comme une expérimentation, afin notamment de :

1) 
 Eviter de devoir vivre à deux pendant la période du grand âge.


2)   Eviter d’avoir à faire ce deuil plus tard, en cas de la perte de son conjoint.

3) 
 Pouvoir se consacrer principalement à écrire les mémoires du couple, en ce qui concerne du moins les meilleurs moments de sa vie en couple et en famille, jusqu’à ce que les enfants aient tous quitté le cocon familial.

4)  – Eviter  d’avoir une trop grande « flopée » de petits enfants autour, attirés par la «  Mamie » , et qui pourraient perturber le droit à enfin connaître une existence plus paisible : le temps du repos et du retrait de la vie familiale après celui des années agitées parentales.

 

Pour  ces questions posées concernant  une « anticipation du vécu », je préfère entrer dans une logique de désengagement progressif de la vie de communauté,  dite conjugale.

Séparation ou divorce, peu importe l’option retenue si elle conduit à plus de sérénité et de bonheur.

Comment  peut-on réussir à faire le deuil d’une relation d’amour sans avoir jamais osé rompre ce lien ni perdu son conjoint au moment de faire ce deuil ? Est -ce vraiment possible à l’âge de la retraite ?

Bref, comment prendre du recul avec  la vie à deux pour ne plus songer qu’à soi-même, sans causer toutefois de souffrance à l’autre ? Cette hypothèse est-elle envisageable ; ce choix de vie est-il viable ?  Ou doit-on se sacrifier et vivre malheureux pour le reste de ses jours, dans le seul but d’assurer le bonheur et la quiétude de l’autre ?

That will be the big Question, soon !

DEMOCRATE

Partager cet article

Repost 0
Published by Démocrate - dans famille
commenter cet article

commentaires