Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 03:10

C’est le début de l’été. C’est la saison des mariages, signes de fête, de bonheur, de célébrations en famille.

Le mariage est une institution à laquelle l’on consent librement aujourd’hui, dans l’allégresse et l’osmose du moment. C’est aussi le temps de l’euphorie pour les couples qui se confirment et s’unissent pour la vie.

Mais cette liberté du moment est créatrice de nouvelles contraintes. Cette liberté a donc un prix. Le mariage est comme une cage dorée au fond de laquelle se trouve la gourmandise à partager : l’appât. La cage se referme ensuite sur les nouveaux époux et la gourmandise diminue au fur et à mesure que les deux tourtereaux la dégustent. Au bout d’un certain temps, il n’en reste plus rien si non le souvenir de son bon goût.

Faute de nouvelle gourmandise à se mettre sous la dent, le couple commence  à se concentrer sur lui-même et les egos refont surface, essayent de s’adapter l’un à l’autre dans un premier temps, dans cette vie si différente de celle d’avant le mariage  tout comme de celle dont ils s’étaient imaginée ! Puis chacun des époux en vient aux tentatives de faire valoir ses raisons auprès de "son autre" et enfin aux disputes et à la mésentente. Les désaccords viennent vite briser les harmonies passées.

On découvre alors qu’on est moins libre qu’avant. L’on ne peut plus papillonner, butiner de fleur en fleur comme le fait l’insecte que la nature ne prive de rien, car l’on se découvre soudain privé de cette liberté réelle, échangée de son plein consentement pour une liberté normative et contraignante en fait. Il n’y a plus rien à désirer ni à découvrir ; le temps de l’étonnement, de la surprise, de la conquête est bien enterré. L’œuvre de vie avec toutes ses vicissitudes est désormais bien engagée. Ce n’est plus du tout du même bonheur dont il s’agit.

Les devoirs l’emportent sur les béatitudes que le commencement d’une lignée ne vont cesser d’accentuer, et tout descendant deviendra à son tour source de souci et un engagement sans fin.

Savoir rester libre est donc savoir rester en dehors de tout ce processus et éviter, si on en a la force, de signer son contrat de mariage ou l’arrêt de mort sur sa liberté.

DEMOCRATE

Partager cet article

Repost 0
Published by Démocrate - dans famille
commenter cet article

commentaires