Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 16:24

Alors que l’on honore la journée internationale de la Femme en ce 8 mars et que l’égalité homme-femme tant prônée progresse, je m’interroge sur le couple et l’intérêt du mariage dans ce nouveau concept de parité ambiante.

 

Pourquoi  continue -t’on de vouloir se marier en ce 21ème siècle ; de vouloir lier son existence à celle d’une femme devenue son égale, pour un homme ?...sans réaliser ou se douter qu’un jour ou l’autre cet homme -là sera confronté à la réalité de minorité de blocage dans son couple et fera alors les frais de son choix ? En effet  le concept égalitaire occidental homme-femme  ne cesse de s’étendre dans les sphères professionnelle, sociale et associative tandis qu’il stagne dans la sphère  familiale. Or ce vieux conflit qui oppose encore les sexes s’est reporté aujourd’hui dans cette sphère du privé, de l’intime, où les lois ne peuvent encore réellement sanctionner l’impact des comportements pour les ajuster aux règles de vie de l’idéal sociétal contemporain. Cela est d’autant plus difficile et périlleux que cohabitent en république des origines ethniques aux pensées et mœurs totalement différentes, quant au sens de la hiérarchie et des rôles au sein de la famille. La parité dans le cocon du couple reste donc une notion encore bien abstraite.

 

C’est à ce niveau précisément, de la famille, dans un face à face au quotidien géré par des règles floues et des non-dits, que s’exercent les pressions les plus acerbes, pour ne pas dire les plus sournoises. Et si celles-ci ne sont jamais très apparentes, vue de l’extérieur, au temps de la formation des couples et des ménages, même aux yeux de ceux que cela concerne, elles surgissent cependant avec la marche du temps de la conjugalité et du développement de la famille.

 

Se marier signifie donc devoir tôt ou tard être confronté à ces pressions et, de là, en subir toutes les conséquences désastreuses influant sur sa vie, son humeur, son épanouissement personnel, son égo,  sa personnalité et sa relation à autrui.  La vie en couple aujourd’hui, dans le contexte féminisant actuel, pour un homme surtout, ne peut que changer votre vie, vos projets, vos espoirs et n’aboutir qu’à de la frustration, des limites, des contraintes inutiles, de l’insatisfaction et de la lassitude ! Malgré tout cela, s’il en va jusqu’à de la souffrance (on sait que l’homme sait souffrir en silence), jusqu’à la rupture et les pertes matérielles  et affaiblissement moral  qui s’en suivent, qu’est-ce qui fait que l’on est toujours enclin à recommencer et à vouloir se remarier avec une autre, à toujours s’agripper (en vain) à cette  accoutumance au besoin d’altérité, lequel ne comblera jamais nos vraies attentes ?

 

Alors comment vaincre, en s’assumant parfaitement, ce désir inné de l’altérité mise en état de promiscuité via le couple, et ne pas tout simplement vivre cette altérité à distance, c’est-à-dire sans aller jusqu’au mariage ? Car aujourd’hui plus qu’hier au vue de l’égalité montante, l’homme moderne et libre doit se méfier du carcan imposé par la bride conjugale que nous apporte les conquêtes de ce siècle et que la journée des femmes nous rappelle trop bien.

 

Hommes qui souhaitez conserver votre liberté et autorité, ne vous mariez surtout pas car vous ne seriez alors plus seul responsable de votre destin et décisions  et l’on ne vous donnerait certainement plus raison ni aucun avantage en cas de problèmes !

Si tel est l’esprit de la parité et de l’égalité dans le couple, l’homme a tout intérêt à demeurer démocratiquement seul et à s’assumer lui-même, assumer ses choix, projets et ambitions, et à ne plus les partager avec une femme car le risque d’entraves au bon déroulement de sa vie est aujourd’hui pour lui trop grand d’en payer cher le prix plus tard.

   

DEMOCRATE

Partager cet article

Repost 0
Published by Démocrate - dans famille
commenter cet article

commentaires