Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 14:21

Le mariage est une institution qui est contre nature. De par ses règlements ou principes, sous-entendu vertueux, il s’oppose de front à l’état naturel de l’humain. En effet, l’exclusivité et la fidélité en sont les éléments contraignants et absurdes qui ne servent qu’à saper et restreindre le champ de la liberté d’agir à sa guise, ce qui est surtout vrai pour l’homme.

La moitié de l’humanité est donc concernée par cette problématique : liberté ou conjugalité ? A vous de choisir, Messieurs ! De par la portée de leurs injonctions, l’exclusivité et la fidélité équivalent à une sorte de castration acceptée, pour celui qui se plie à ces règles, vu que l’homme est par nature polygame et ne peut se contenter d’une seule femelle autrement que par consensus forcé par la société.

Avoir voulu imposer avec le mariage un engagement de relation exclusive et de fidélité inconditionnelle pour faire  face à toute épreuve de la vie équivaut à vouloir le mal de l’homme en lui imposant des frustrations inutiles  et des souffrances de privation, le contraignant par des lois, civiles ou religieuses, d’abandonner le vrai élan de sa nature et les promesses d’une vie autrement plus exaltante que celle de la famille et de tous les avatars qui y sont  reliés.

L’homme marié, formaté pour la constitution de ménages consommateurs et de foyers fiscaux, maintenant dépourvu pour moitié de son autorité, clef de voute des économies de marché, est devenu l’homme bridé, sondé à tout instant, sans cesse sollicité, titillé sur la question de l’égalité et l’affaire du mariage pour tous tandis que l’homme libre penseur n’en peut mais de tout ce cirque et ne cherche  qu’à prendre du recul, à se détacher !

Certes le mariage permet de tenir un état-civil, de distribuer des livrets de famille républicains, mais pas de satisfaire l’individu pour qui l’épanouissement personnel  se situe ailleurs, or le premier objectif de tous devrait être le bonheur de chacun et le premier objectif de chacun, le bonheur de tous.

L’homme marié, sur l’amplitude d’une vie, ne peut pas prétendre être cet homme heureux en permanence car la lassitude s’empare alors de son état marital et de son couple ! Pourquoi faut-il s’enticher à ce point du mariage, créée par les hommes uniquement pour contrôler la société alors que tous les indicateurs nous démontrent aujourd’hui, à l’heure où compte tant l’égo et l’épanouissement de sa personne, que les contraintes de la conjugalité ne jouent plus le même effet et n’assurent plus la même protection, comme il avait été écrit à l’origine  : jusqu’à ce que mort sépare les contractants !

Il faut résolument  et obstinément chercher  et trouver autre chose que le statut de mariage aujourd’hui. Le couple n’est plus du tout ce qu’il a  été. Mais alors : quelle famille pour demain ?...qui répondrait et comblerait les attentes des uns et des autres. Au-delà du mariage pour tous, voilà qui est un important sujet de société qui demande attention et mérite le débat et plusieurs thèses de recherche.

 DEMOCRATE

Partager cet article

Repost 0
Published by Démocrate - dans famille
commenter cet article

commentaires