Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 22:51

 Lettre à l'avocat

Cher Maître

Après avoir tenté une procédure d’annulation de mariage en  vain (après 35 ans de vie conjugale), il apparaît malheureusement que je n’ai pas d’autre issue que de demander le divorce.

Désirant engager courant 2011 une procédure de divorce et que ces formalités ne s’éternisent pas trop, sachant bien que les tribunaux en sont encombrés, je  souhaite en préciser ici les grandes lignes permettant de rendre la chose plus facile et votre travail d’intermédiaire moins compliqué.  

D’abord la raison est toute simple : la vie conjugale ne me convient plus. Arrivé à l’âge de la retraite, je ne souhaite plus vivre avec une femme au foyer et ne plus avoir affaire à une femme pour toutes décisions à venir concernant ma vie personnelle. Sous la nouvelle norme de l’égalité, le couple, pour moi, n’a plus aucun sens car l’affaire devient ingérable pour l’homme, déchu de son autorité première. Si j’adhère à la nouvelle règle de parité homme-femme dans la société, je ne la reconnais cependant pas valable au sein du foyer domestique, surtout dans le cadre du mariage, la jugeant de facto inapplicable. Dans ce cas, vaut mieux rompre avec la vie conjugale et s’en dégager plutôt que de poursuivre avec ces nouvelles contraintes instaurées par la loi.

Désirant de ce fait reprendre ma liberté absolue et indivisible,  je reste très ouvert à vos propositions  de règlement à l’amiable ou, comme on dit, de rupture par consentement mutuel. Pour moi d’ailleurs, le fait d’avoir instauré cette parité dans le couple constitue ensoi une altération du lien conjugal imposé de l’extérieur. Pour cause de tous ces changements, je veux saborder mon mariage.

De toute façon, je n’aime pas du tout la vie de famille.

 

Dans cette perspective, Je m’engage de ce fait à régler toutes les dettes du ménage unilatéralement ainsi que les dernières traites du pavillon acquis conjointement, avant que ne soit entamée la procédure du partage des biens.

 

Je suis prêt à acquitter une pension alimentaire pour notre seul enfant majeur encore étudiant.

En  ce qui concerne une indemnité compensatoire à verser à mon ex compagne, celle-ci risque d’être aléatoire, étant donné que d’ici un an, nous serons tous deux à la retraite et qu’à ce jour ni ma femme ni moi ne savons ce que seront nos revenus.

 

En vous remerciant de bien  vouloir m’accorder un entretien pour débattre avec vous de la question

Du partage des biens (faut-il en produire un inventaire ?) et des questions de compensation.

 

Veuillez agréer, Maître, l’expression de mes meilleures salutations.

DEMOCRATE

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Démocrate - dans famille
commenter cet article

commentaires